15.9.05

28 - Redresser la barre...

Bonjour tout le monde.
Voilà, je suis de retour de Bulgarie où vit l’oncle d’Erika.
Ses parents nous avaient demandé à Franck et moi de lui apporter un objet très important. Etant donné que Franck n’était pas en état de venir (grosse, grosse déprime), j’y suis allé tout seul.
Mais je vous raconterai toutes mes péripéties dans une prochaine note entièrement dessinée.

Pour le moment c’est le retour au bercail.
Je suis un peu dégoûté : retrouver les parents, ma petite sœur et puis tout ce qui va avec le lycée.
J’entre en terminale. Ca veut dire le bac et les parents sur le dos. J’ai passé le bac de français et mes notes étaient plutôt moyennes mais bon, c’est passé quoi.

Donc hier c’était la rentrée pour moi, avec une semaine de retard.
Autant dire que ça n’a pas plut à tous les profs. J’ai eu droit au moins quatre fois au même sermon comme quoi l’année du bac faire sa rentrée une semaine après les autres c’était pas sérieux.
Comme si j’avais choisi de me faire voler. Enfin ceci est une autre histoire.

Bref, j’ai pas trop la forme.
Quand je fais un point sur les derniers six mois, je me dis que j’ai vécu toute une vie !
La mort d’Erika, Chloé qui m’aime puis m’ignore, Franck qui traîne sa carcasse de mort vivant, mon voyage en Bulgarie… Tout ça me dépasse.
J’ai l’impression d’avoir vécu trop de choses en trop peu de temps.
Comme une cassette qu’on rembobine !

Putain, faut pas que je me laisse aller.
Je ne suis pas malade, j’ai ma famille (contrairement à beaucoup de personnes ces vacances !).
Il faut que je me reprenne. Tout d’abord Franck et puis après Chloé. Ce sera déjà pas mal de mettre les choses au point avec eux.


(…)
Je reprends le blog après quelques heures d’interruption.
Je suis allé voir Franck. Ses parents ne savent plus quoi faire. Il a les yeux enfoncés dans leur orbite, le regard dans le vague, ses épaules tombent et il marche avec la lenteur d’un escargot. Mais ses parents n’osent rien lui dire et compatissent à sa peine.
C’est pas comme ça qu’il va s’en sortir si vous voulez mon avis.
Alors j’ai fait un truc dingue ! Je suis monté dans sa chambre, je suis entré comme une tornade : il était dans son pieux un buz à la main, l’air toujours aussi hagard.
Alors j’ai pris le joint que j’ai écrasé et jeté par la fenêtre, je l’ai choppé par son colback, projeté sur mon épaule et foutu dans la baignoire où je l’ai arrosé d’eau glacée.
Il a hurlé comme un démon qu’on exorcise, j’avais l’impression de voir de la fumée sortir par ses oreilles, son nez et sa bouche.
_ Arrêêêêêête, putain Rom arrête ! Mais arrête ch’te dis !
Alors j’ai arrêté.
_ Mais t’es complètement givré ma parole, c’est quoi ton problème ?
Alors la moutarde m’est montée au nez :
_ C’EST QUOI MON PROBLEME ? Mais t’es complètement con ou t’as définitivement trop fumé de joints depuis mon départ ? C’est quoi mon problème ? Je vais te le dire ce que c’est mon problème, espèce de pauv’ larve. Je vois mon meilleur ami foutre sa vie en l’air et devenir petit à petit un cadavre ambulant. Regarde toi, non mais regarde toi bon sang, tu fais peine à voir Francky.
Et là les larmes aux yeux il me dit :
_ Putain mais t’as un cœur de pierre ou quoi ? Erika est morte Rom. Elle est morte. L’amour de ma vie est parti et tu veux que je fasse quoi : que je danse, que je chante la vie et que j’oublie tout ?
Alors moi aussi j’ai senti les larmes monter :
_ … c’était ma meilleure amie Franck. Avec toi et elle vous êtes les deux seules personnes avec qui j’ai jamais eu à me poser de question. On était potes et on le restera toute notre vie. Quoi qu’il arrive.
Mais moi je peux pas continuer si je dois voir Erika dans tes yeux à chaque regard Francky, c’est trop dur. Tu dois te reprendre. Elle aurait pas voulu d’un Franck comme ça et moi non plus !

Alors on a pleuré longtemps comme des gamins qui se seraient perdus puis retrouvés. On pleurait en riant un peu, en se disant des « t’es con, arrête » ou des « salaud va ».
Et derrière la porte de la salle de bain, je crois que les parents de Franck pleuraient aussi.

On est resté un moment sur sa pelouse à regarder en silence les étoiles.
On était bien. Je crois que Franck y a puisé l’énergie dont il avait besoin pour sortir la tête de son trou.


On s’est regardés, on s’est souri et on s’est fait une longue accolade.

Ensuite, sur le chemin du retour, je suis passé devant chez Chloé.

(Episode 28: Scénario: nino / Illustrations: rvdd)

11 Comments:

Anonymous Anonyme said...

ah oui ben c'est malin j'ai les larmes aux yeux maintenant !

1:21 PM  
Anonymous niko said...

ah voui effectivement, sequence émotion, et quelques mysteres en plus à découvrir (:

1:26 PM  
Anonymous Anonyme said...

Super. Vraiment.
Abreuvez nous encore s'il vous plait !

1:30 PM  
Anonymous ChrisB said...

Très bon retour les gars.

Je suis pas friant de ce type de scene (celle ou rom secoue Franck) mais la j'avoue que ca passe nickel.
Rvdd tes planches sont très classes.
Que du bon, vivement la suite :o)

3:40 PM  
Anonymous Abie said...

Tss, ça y est, j'ai pleuré sur le clavier, c'est malin, tiens!

Bon retour parmi nous, Rom!
Et merci d'être au rendez-vous pour la deuxième saison...

5:05 PM  
Anonymous Ewilan said...

:')
C'est super bien écrit ... c'est malin je pleure limite là ... je suis émotive c'est vrai :)
J'adore votre style d'écriture, vraiment beau ... On sens bien toute l'émotion... enfin voila quoi ...

7:51 PM  
Anonymous florence M said...

C'es BÔ !
Bien écrit.
Le dessin, la couleur, bef j'adooore

9:55 PM  
Anonymous Lali said...

Chouette, des nouveaux épisodes ^__^
Séquence émotion, 'fectivement, parfait pour amorcer une nouvelle année... les illustrations sont terribles, comme d'hab... ma ptite favorite c'est le ciel étoilé, parce que ça donne vraiment envie d'aller s'allonger là, un peu plus loin, dans l'herbe...

10:29 PM  
Anonymous rvdd said...

Merci pour tout ces compliments ;)

Raph

10:01 AM  
Anonymous annana said...

Euh... *gorge nouée*, c'est super !

9:30 PM  
Anonymous Nino said...

Merci à vous tous.
Ca fait chaud au coeur ;)

9:15 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home